Luxe-coronavirus-mode-blog-covid-maison-luxury-article
Business

L’impact du coronavirus sur le secteur du luxe : quelles leçons en tirer?

Le coronavirus, alias Covid-19, fait partie de notre quotidien depuis des semaines. Le monde est touché. Nous sommes tous touchés et le secteur du luxe ne fait pas exception. D’abord l’Italie, ensuite de nombreux fashion shows qui ont été annulés et aujourd’hui le bouton pause de beaucoup d’entreprises a été déclenché. Mais l’heure est aussi à l’entraide et les maisons de luxe se mobilisent comme elles peuvent pour contrer cette crise.

Constat de l'impact de coronavirus sur le luxe

Tout d’abord, parlons de la population asiatique. Plus de 35% des achats des produits de luxe dans le monde sont réalisés par des asiatiques. Depuis janvier, les clients asiatiques et notamment chinois consomment de moins en moins. Voire quasiment plus. Ils ne voyagent plus donc les ventes ont considérablement baissé, les chinois achetant principalement leurs produits de luxe à l’étranger.

Le Luxe italien est en très mauvaise position à cause du coronavirus qui a mis le pays à l’arrêt. Tout d’abord, beaucoup de défilés n’ont pas eu lieu mettant en péril le secteur. Cependant, depuis le confinement face au coronavirus, LVMH et Kering, les italiens Tod’s, Salvatore Ferragamo, Prada, Fendi ou encore les plus petites entreprises de tanneries locales – dont 75% de la production est exportée – se retrouvent aujourd’hui bloqué(e)s.

Le shopping de luxe est selon Pauline Brown, ancienne présidente de LVMH North America, « un achat psychologique ». Elle déclare : « les gens ne se sentent pas en sécurité, n’ont donc pas envie de faire du shopping et c’est un désastre pour pratiquement toutes les entreprises du secteur ».

 

« Le problème avec le luxe est que si vous ne l’achetez pas dans un trimestre donné, ce n’est pas comme si vous reveniez et tout d’un coup il y a une demande excessive au prochain trimestre… Vous n’allez pas récupérer les ventes. »

Pauline Brow

 

LVMH a tout de même su prendre les devants de cette crise et a compris comment se repositionner. Le groupe produit du gel hydro-alcoolique grâce à ses filiales de parfum qui sera remis gratuitement aux autorités sanitaires. LVMH a compris que le luxe d’aujourd’hui, c’était les solutions désinfectantes. D’autres groupes ont fait des dons pour faire face à ce fléau, notamment en Italie.

LVMH-coronavirus-gel-luxury-luxe-france-covid-article-crise-blog
Source : LinkedIn Jean-Charles Tréhan

Comment le Luxe peut-il essayer de « rattraper le coût » dans la mesure du possible ? Découvrez ci-dessous ce que j’en pense :

Leçon 1 : Se re-concentrer sur la clientèle plus "locale"

La dépendance du secteur du luxe aux consommateurs asiatiques, notamment chinois, est une faiblesse. Surtout pour un secteur qui peut toucher le monde dans sa globalité. Un -trop- grand focus est fait par toutes les maisons de luxe sur les chinois. Même si c’est pour s’adapter à eux et à leur façon de consommer… Mais n’ont-elles pas laissé un peu -trop- de côté d’autres marchés? Comme l’Europe ou bien l’Amérique.

En effet, il serait peut-être intéressant de revoir et re-développer les marchés plus « locaux » pour répondre à leurs besoins. Il faudra se réadapter à cette clientèle qui continue d’évoluer dans son processus d’achat et de consommation. Européens et américains désirent de moins en moins acheter des produits de luxe. Mais ils préfèrent de plus en plus investir dans des expériences. Pour attirer une clientèle européenne, qui souhaite consommer autrement et mieux, les maisons de luxe doivent donner plus de sens à leur mission : plus de coopération avec des artisans locaux, mettre en avant le savoir-faire, faire revivre le patrimoine artisanal local, ou bien encore accompagner leur démarche par une stratégie de développement durable

luxe-coronavirus-savoirfaire-artisana-luxury-crise

Quant aux millennials, il faudra s’adapter encore mieux. Développer des gammes de produits à des prix plus bas ou des prix d’appel… Parce qu’aujourd’hui le luxe doit savoir s’adapter.

 

« 58% des 15-25 ans n’acceptent plus de payer le luxe à son prix actuel »

Journal du Luxe

Leçon 2 : Réinventer la façon de vendre du Luxe en ligne

Après s’être concentré sur des consommateurs plus locaux, le Luxe doit se focaliser sur l’amélioration de son expérience e-commerce. Les achats en ligne ne sont pas encore optimisés pour la plus part des Maisons. Si on ne peut pas se rendre en boutique, toucher ou ressentir les matières… pourquoi ne pas s’adapter et mettre en place une visualisation 3D des produits, par exemple ? Cela ne rassurerait-il pas le client de voir le produit sous tous ses angles et pouvoir l’approcher à sa façon ? Oui c’est un investissement mais imaginez le retour sur investissement si le Luxe réussit à se démarquer autant en ligne qu’en boutique. Il s’agit également de recruter et fidéliser à travers une stratégie online homogène et personnalisée ainsi qu’un CRM tout aussi pointilleux.

Sans perdre de temps, il faut que les maisons de luxe reprennent les choses en main. Et pas seulement à cause du coronavirus. Le coronavirus est sûrement l’opportunité d’apprendre à se réinventer et de revoir ses priorités. Le luxe se doit d’être préparé.

 

Et surtout n’oubliez pas, restez à la maison pour vous protéger et surtout protéger les autres. Retrouvez les informations du gouvernement en cliquant sur ce lien.

Passionnée de luxe et de digital, ce blog me permet d'allier mes deux passions.